Micro projet CentrAfrique

Follow Me on CF

CENTRAFRIQUE MICRO CREDIT


Le micro-crédit, c’est quoi ?
Les micro-crédits s'adressent aux personnes démunies dans des pays déshérités. Une personne démunie est une personne qui dispose de moins d’un euro par jour pour vivre et ne peut présenter de garanties, faute d’être propriétaire d’un bien solvable, ou faute de disposer d’un salaire régulier.Centrafrique: le microcrédit permet aux entrepreneurs de constituer un capital .
«Ça marche » dit Solange Ngbara, 35 ans, l’une des 49.000 bénéficiaires d’un projet de micro-finance innovant en République centrafricaine (RCA), qui vise à redynamiser l’économie locale après des années de conflits.
« Si tu empruntes sagement à la date butoir de ton programme, tu n'auras aucun problème de remboursement », ajoute Sévérin Saragoune, 40 ans, bénéficiaire d’un crédit de 100.000 francs CFA (environ 200 dollars US) qu’il a mis à profit pour investir dans un petit commerce.  « Aujourd'hui, je n'ai plus besoin de crédit, car j'ai déjà constitué un capital ».

A retenir
En 2011, 49 000 clients bénéficient de services financiers de base (épargne, crédit, transfert d'argent) dont 14 700 femmes. Les prêts entre amis et parents représentent 60 % des crédits reçus en milieu rural et 50,5 % en milieu urbain en RCA. Plus de la moitié de la population du pays vit en dessous du seuil de pauvreté et plus de 50 pour cent est dans l’incapacité de subvenir aux besoins alimentaires de base. Solange et Sévérin vivent à Paoua, ville située dans la préfecture de l’Ouham-Pendé au Nord-Ouest de la RCA, où le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a entrepris, en partenariat avec le Fonds d’Equipement des Nations-Unies et des Organisations Non-Gouvernementales, d’introduire des améliorations au système traditionnel de cotisation en groupe, la tontine.
Une nouvelle caisse d’épargne, dénommée « Gogoro », permet aux bénéficiaires d’accumuler et de sécuriser leurs petites épargnes qui, à la fin de chaque mois, sont utilisées pour octroyer des crédits à ceux qui en font la demande. Une autre caisse (« Ndoye ») sert de fonds d’urgence et fournit  une aide financière non remboursable aux femmes, pour les assister lors de certains événements de la vie quotidienne tels que la maladie, l’accouchement, l’hospitalisation, etc.
En deux ans, les groupes pilotes de Paoua ont pu mobiliser plus de 10 millions de francs CFA (environ 21.000 dollars US) et octroyer des crédits avec des taux de remboursement supérieurs à 90%. Entre janvier et juin 2011, tous les crédits en retard ont été dûment remboursés, et le nombre de groupes encadrés est passé de 16 à plus de 80.
Démarré en 2008, le projet  a également contribué à renforcer les établissements de micro-finance locaux, par le biais de formations et de plans stratégiques adaptés, et en les incitant à étendre et diversifier les services financiers offerts aux populations vulnérables, principalement les femmes et les communautés rurales à faible revenu. En 2011, les femmes représentaient environ un tiers des bénéficiaires de services financiers de base tels que l'épargne, le prêt ou le transfert d'argent. L’expansion de services financiers adaptés à Paoua et au travers de la RCA a permis d’améliorer la sécurité financière des communautés les plus pauvres, mais également de redynamiser l’économie locale par la restauration d’infrastructures critiques (ponts, marchés, etc.) et la création d’activités génératrices de revenus.
La République centrafricaine est l’un des 33 pays d’Afrique les moins avancés. Plus de la moitié de la population du pays vit en dessous du seuil de pauvreté et plus de 50 pour cent est dans l’incapacité de subvenir aux besoins alimentaires de base.


 Source: undp


BANQUE AFRICAINE DU DEVELOPPEMENT


 La Stratégie à long terme (SLT) de la BAD
Stratégie du groupe de la BAD pour le développement du capital humain
La consultation en ligne sur la stratégie du groupe de la BAD pour le développement du capital humain - Partagez votre opinion!
La Banque africaine de développement (BAD) invite des commentaires sur son brouillon de Stratégie de Développement du Capital Humain afin d'encourager ses partenaires à fournir une réaction et des contributions.

Contexte
C'est le moment opportun pour la Banque de préparer une Stratégie de Développement Humain intégrée. Les investissements et les instruments pour améliorer le capital humain représentent une approche de plus en plus importante dans la lutte de la Banque contre la pauvreté et l'exclusion sociale en Afrique. Une stratégie pour le Développement du Capital Humain est un besoin urgent, car l'éducation, la nutrition, la santé et les filets de sécurité sont inextricablement liées à la croissance économique et la réduction de la pauvreté. En outre, le printemps arabe et les inégalités croissantes en Afrique australe ont mis en avant la pertinence et l'urgence d'une croissance inclusive. De plus, les préparatifs ont commencé pour un nouveau stratégie à long terme de la BAD, et comme la première institution financière africaine, la Banque africaine de développement devraient jouer un rôle de premier plan avec ses partenaires de développement afin d'assurer que l'Afrique possède le capital humain nécessaire pour accélérer le développement économique et social.

Objectif
Ce brouillon constitue la base de la première Stratégie sur le Développement Humain de la Banque africaine de développement, et servira à identifier des domaines cruciaux pour un meilleur investissement dans le capital humain afin d'assurer une croissance inclusive. Il se concentre sur la croissance basée sur la création d'emplois; à donner la parole à tous les citoyens pour améliorer la qualité des services publics ainsi que l'efficacité des dépenses publiques, et le soutien aux filets de sécurité pour garantir la protection contre les chocs économiques et sociaux.

Raisonnement
Le raisonnement de cette stratégie est principalement de consolider et de généraliser l'approche de développement humain dans les opérations de la Banque. Cela permettra d'assurer et de faciliter: (a) une approche basée sur des résultats et des preuves pour soutenir l'ordre du jour de la croissance inclusive de la Banque; (b) la sélectivité compatible avec les ressources de la Banque; (c) l'alignement avec les cadres politiques nationaux, des partenariats solides ainsi que l'appropriation régionale, et (d) l'harmonisation du soutien des bailleurs et l'engagement de toutes les parties prenantes.



BAD pdf



GROUPE DE RECHERCHE ET D'ACTIN POUR LA PROMOTION DE L'AGRICULTURE ET DEVELOPPEMENT


GRAPAD - Groupe de recherche et d'action pour la promotion de l'agriculture et du développement
Le GRAPAD a été créé en 1989 à l´initiative de quelques jeunes ingénieurs agronomes béninois en quête de l´emploi et aussi de voie de développement pour les populations béninoises défavorisées. Privilégiant le monde rural, en particulier les femmes, le GRAPAD accorde une attention particulière aux problèmes de gestion. Il assiste les organisations paysannes au travers des conseils, de la microfinance et la formation.
Objectifs
Le GRAPAD a pour objectif principal la recherche des voies et moyens pour améliorer la condition de vie des secteurs les plus défavorisés de la société, en particulier les femmes et les paysans. Pour ce faire, l´organisation a défini quelques orientations de base dont le microcrédit, l´assistance conseil et la formation des membres en matière de gestion et de techniques agricoles.
Réalisations et modes d´intervention
Sur le plan de la recherche en développement, le GRAPAD a réalisé des nombreuses études en collaboration avec différentes institutions internationales dont la Banque mondiale, le Forum des organisations civiles ACP, etc. Du point de vue des réalisations de terrain, l´activité du GRAPAD ne cesse de s´étendre notamment dans le domaine de la microfinance, l´éducation informelle ou l´alphabétisation pratique, c´est-à-dire ayant comme point de départ les besoins concrets des populations pour déboucher sur les questions essentielles de développement et de gestion de la société. Pour la réalisation de ses différentes initiatives, le GRAPAD compte aussi bien sur l´engagement de ses membres que sur le soutien des partenaires étrangers.



afrique-gouvernance

UNCDF


Que fait l'UNCDF pour aider ?

L’UNCDF, le PNUD, le gouvernement centrafricain et divers acteurs du secteur de la microfinance désirent maintenant mener à bien un programme visant à appuyer l’émergence d’un secteur financier inclusif dans le pays, en vue de donner à la population pauvre et à faible revenu l’accès aux produits et services financiers durables fournis par les institutions de la microfinance dans un cadre juridique et institutionnel durable.
Le Programme d'Appui à l'Emergence d'un Secteur Financier Inclusif en République Centrafricaine (PAE/SFI) est mené à bien sur une durée de quatre ans, avec un budget de 4 millions de dollars. Le projet est actuellement financé par l’UNCDF (1,2 million de dollars) et le PNUD (1,6 million de dollars). Le financement du reste du programme demeure ouvert à d’autres donateurs intéressés par les secteurs de la microfinance en République centrafricaine. Le Programme du Golfe arabique pour les organisations de développement (AGFUND par ses sigles en anglais) fournit au secteur une somme de 100.000 dollars. Pour l’année 2011, l’UNPBF (Fonds pour la consolidation de la paix) apporte 800.000 dollars en vue de donner l’accès aux services financiers aux régions touchées par les conflits.


uncdf

La Micro Finance Aux Services Des Handicapées



La micro finance aux services des handicapées
Un exemple de projet d'handicap international, en Centrafrique....



micro handicap