Formation et métier humanitaire

Follow Me on CF

METIER DANS L'HUMANITAIRE



Les débouchés dans le milieu de l'humanitaire

La formation :
«Ça prend généralement un diplôme universitaire, dans différents domaines. Il faut aussi avoir une expertise dans un domaine précis, avec un minimum de deux à trois années d'expérience, idéalement dans un pays en développement.

Les qualités :
«Il faut une bonne capacité d'analyse et de synthèse, des habilités de communication, de la débrouillardise... Le coopérant doit aussi avoir une bonne santé, car il sera amené à travailler dans des pays où les risques de maladies tropicales sont élevés.

Les contrats :
«Ils sont souvent d'une durée de deux ans. À partir du moment où il existe une demande, les contrats des coopérants peuvent être pro­longés pour d'autres mandats pour lesquels ils possèdent de l'expertise», . Chaque semai­ne, Oxfam-Québec a environ sept ou huit ouvertures de postes. «Générale­ment, ces postes ne sont pas rémunérées, mais offrent une allocation qui couvrent les frais de subsistance du coopérant. Seuls les postes de chef de projet, ou de représentant d'un pays, sont rémunérés.»

Quels sont les métiers de l'humanitaire ?
Pour travailler dans l'humanitaire et aider les enfants, on a besoin de personnes formées dans le milieu médical ou paramédical, comme des infirmières, des kinésithérapeutes…
On fait rarement de l'humanitaire toute sa vie.
Tu peux aussi devenir professeur, et travailler à l'étranger, enseigner le français à des enfants (en Europe, Asie…) en travaillant dans un lycée français ou former des adultes à la langue française (dans ce cas, je te conseille après le bac, de faire des études de lettres modernes).
En lien avec les enfants, tu peux décider de les protéger en t'engageant dans l'armée de Terre, où tu devras veiller à ce que chaque enfant ait bien à manger, soit en sécurité. Tu peux intervenir dans des missions en Côte d'Ivoire, en cas de catastrophe naturelle (Tsunami…)
Tu peux aussi te former à un métier dans l'enseignement ou paramédical ou dans un autre domaine (commerce, ingénieur, ou autre) et demander un congé pour remplir une mission humanitaire. Le congé de solidarité internationale : il est accordé à tout salarié ayant au moins 12 mois d'ancienneté dans l'entreprise. Il doit pour cela participer à une mission hors de France pour le compte, soit d'une association à objet humanitaire, soit d'une organisation internationale dont la France est membre. Ce congé, non rémunéré, suspend le contrat de travail. Sa durée est de 6 mois maximum.

Quel parcours faut-il suivre pour travailler dans l'humanitaire ?
Il existe plusieurs formations et métiers qui permettent de s'engager dans l'humanitaire.
Pour travailler dans l'humanitaire et aider les enfants, on a besoin de personnes formées dans le milieu médical ou paramédical, comme des infirmières, des médecins, des radiologues, des sages-femmes, des kinésithérapeutes, des psychologues. Sache que l'on fait rarement de l'humanitaire toute sa vie.
Tu peux devenir aussi administrateur humanitaire : au sein de l'action humanitaire, il gère les finances, les stocks de matériel et le personnel participant à la mission et travaille en collaboration avec les équipes médicales. L'administrateur fait en sorte que tout se passe pour le mieux, en faisant parvenir du matériel médical, en recrutant du personnel du pays où a lieu la mission.
Pour aider des paysans à mieux utiliser la terre afin de produire plus de fruits et légumes, l'agronome pourra également être recruté par une association humanitaire.
Tu peux aussi devenir professeur, et travailler à l'étranger, enseigner le français à des enfants (en Europe, Asie…) en travaillant dans un lycée français ou former des adultes à la langue française (dans ce cas, je te conseille après le bac, de faire des études de lettres modernes).
Avec une formation dans le bâtiment ou les travaux publics, le conducteur de travaux, le chef de chantier donneront des conseils et superviseront la construction des bâtiments en veillant à la qualité de la fabrication. Enfin, tu peux aussi t'engager dans l'armée car sa mission est aussi d'aider et de veiller à la sécurité des populations. Par exemple, un maître chien partira en mission pour retrouver des corps ensevelis suite à un tremblement de terre.

j'aimerais travailler dans l'humanitaire mais un métier sur le terrain et qui bouge Y a t il des possibilités ?
Si tu ne souhaites pas devenir infirmière ou médecin, tu pourras vivre une expérience dans l'humanitaire au cours de tes études. Ce qui est important, c'est que tu aies une expérience dans le social, en étant animatrice ou en t'engageant dans une association. C'est très rare de faire carrière dans l'humanitaire, c'est souvent une expérience de vie. Tu seras d'abord recrutée pour tes qualités sociales. Ensuite, on te demande des qualités spécifiques ou d'avoir une expérience professionnelle. Tu pourrais vivre cette expérience en te lançant dans les métiers de l'enseignement. Tu pourrais ensuite devenir professeur par détachement auprès du ministère de la coopération. Par exemple, apprendre le français à des enfants qui n'y ont pas accès.

J'aimerais savoir quelles sont les réelles activités, les études et le salaire de médecin sans frontières qui est un métier médical peu évoqué.
Si tu veux devenir médecin pour une organisation non gouvernementale comme médecins sans frontières :
Tu dois justifier d'au moins 2 ans d'expérience si tu es infirmière par exemple (si tu es médecin, ces 2 ans ne sont pas exigés).
Tu dois maîtriser l'anglais (l'espagnol, le portugais ou toute autre langue sont bienvenues).
Tu dois être disponible 6 mois minimum. Seuls les médecins urgentistes et les équipes chirurgicales (chirurgiens, anesthésistes, infirmiers de bloc opératoire) ont la possibilité de s'engager sur des périodes plus courtes allant de 15 jours à 3 mois.
Tu dois être prête à partir dans les 3 mois à venir.

Les activités médicales recouvrent la vaccination, la chirurgie, la nutrition, la formation de personnel médical, la santé maternelle et infantile, les techniques de laboratoire et la santé mentale. Ils interviennent souvent dans des situations précaires.
Pour ce qui est des indemnités, consulte le site de MSF : www.msf.fr

Est-ce que avec un bac SMS (ou ST2S depuis cette année) je peux faire un métier dans l'humanitaire ?
Si oui pourrais-je savoir quels métiers et quelles sont les études à suivre ?
Pour partir en mission humanitaire après un bac ST2S (sciences et technologies santé social), tu peux envisager les métiers suivants : infirmière, manipulatrice en radiologie médicale, ou technicien d‘analyses médicales.

Je suis titulaire d'une licence STAPS et je souhaiterais m'engager dans une mission humanitaire à caractère sportif. Sur quel site ou dans quel service pourrais-je me renseigner pour obtenir plus d'informations ? (d'Alban, études sup, à Blois)
Tu peux te rendre sur le site suivant si tu désires faire une mission humanitaire à caractère sportif Tu peux également t'adresser à la Croix Rouge, à www.sosenfants.org, l'association Plan France, ou l'association l'éléphant vert, ADT quartmonde.


Quelle orientation faut-il suivre pour devenir professeur dans l'humanitaire ?
Tu peux te former à un métier dans l'enseignement et demander un congé pour remplir une mission humanitaire. Dans ce cas, tu dois d'abord obtenir un diplôme de niveau bac +3 pour passer ensuite le concours de professeur.
Le congé de solidarité internationale est accordé à tout salarié ayant au moins 12 mois d'ancienneté dans l'entreprise. Il doit pour cela participer à une mission hors de France pour le compte, soit d'une association à objet humanitaire, soit d'une organisation internationale dont la France est membre. Ce congé, non rémunéré, suspend le contrat de travail. Sa durée est de 6 mois maximum. Quelques impératifs : parler l'anglais (pour les missions à l'étranger), avoir si possible quelques années d'expérience, savoir encadrer et transmettre son savoir-faire.
Tu peux te lancer dans l'humanitaire en tant que bénévole (parallèlement à ton travail) ou comme volontaire. Les volontaires s'engagent à plein temps dans des activités dans un pays du tiers-monde. Les salaires sont peu élevés et se résument souvent à des indemnisations pour manger et se loger.
Tu peux également t'engager dans le volontariat international, réservé aux 18-28 ans qui font des missions pour le compte d'entreprises ou d'administrations françaises implantées à l'étranger.

Je suis étudiante à l'université royale de droit et de sciences économiques en 4ème année au Cambodge. Je fais des recherches sur le métier de Responsable d'agence de Microcrédit.
Le responsable de programme Microcrédit a pour objectif l'insertion socio-économique des familles les plus défavorisées de certains quartiers d'une ville par le développement de :
services financiers (prêts productifs individuels et épargne volontaire),
services non financiers (formation des emprunteurs à la gestion, tenue de comptes, sensibilisation à la santé et suivi-conseil),
la formation professionnelle (formation de base et comportementale, formation technique aux métiers de l'industrie et des services, service de placement).
Le responsable de programme Microcrédit veille à la cohérence stratégique des activités (coordination des différents partenaires) et évalue leur impact en se rendant régulièrement sur le terrain. Il veille au respect de l'objectif d'accompagnement des familles les plus démunies. Il contribue activement à l'identification de nouveaux partenaires et/ou au développement de nouveaux services.


liste des métiers dans l'humanitaire

Retour au sommaire des formations

Retrouve les offres d'emploi dans le domaine humanitaire sur le site :  coordination sud



FORMATION HUMANITAIRE MODE D'EMPLOIE




Se former
Depuis une quinzaine d'années, le monde de la solidarité internationale se structure et se professionnalise. Ceci concerne de nombreux métiers, dans les domaines de l'éducation et la formation professionnelle, la santé, la logistique, l'eau, le développement durable, le montage et la coordination de programmes, la gestion des ressources humaines, la communication et la recherche de financements, le lobbying politique... La bonne volonté et la motivation ne suffisent plus à partir en mission humanitaire, on ne s'improvise pas humanitaire. Que les associations agissent dans le développement ou dans l'urgence, les services de recrutement des ONG demandent que vos compétences professionnelles soient réellement adaptées aux contextes locaux et aux situations humanitaires, que vous soyez armés psychologiquement à affronter des situations de terrain difficiles, des responsabilités, la gestion d'une équipe. 

TRAVAILLER dans une ONG !
Tu as envie de partir vers de nouveaux horizons mais pas n'importe comment! Tu es sensible aux relations Nord-Sud et tu désirerais t'investir dans ce domaine! Et pourquoi pas en faire ton métier? Seulement, il n'y a que peu d'élu pour aller aider ceux qui sont dans des situations parfois bien difficiles! Tu verras ici que ta motivation sera mise à rude épreuve et que ceux qui pensent pouvoir partir en vacances toute l'année se trompent fameusement! Sans expérience, il est très difficile de travailler dans la coopération au développement (ensemble des dispositifs d'aide que les pays les plus riches ont mis en place en faveur des plus pauvres). Donc, il te faut acquérir un savoir-faire mais aussi un savoir-être (autonomie, capacité d'adaptation et d'intégration, travail en équipe,...). Evidemment, tu dois être motivé, concerné et adhérer aux philosophies des ONG.
Tu peux avoir une première approche en partant faire du tourisme alternatif ou du bénévolat pour une ONG, en participant à des chantiers internationaux ou encore en partant comme volontaire européen ou international. Des études spécifiques t'aideront à percer dans le métier mais rien ne vaut ta propre personnalité et ta motivation.

Plusieurs étapes sont nécessaires pour devenir coopérant en ONG:

  • *Se renseigner sur la coopération au développement en général;
  • *Participer à une séance d'information de l'ACODEV (Fédération des Associations de Coopération au Développement) ou d'une autre ONG;
  • *Suivre un cycle de formation à l'ITECO (Centre de Formation pour le développement et la solidarité internationale) ou au CTB (Coopération Technique Belge). Cela te permettra de réfléchir en profondeur sur la pertinence d'un départ. C'est une étape fort appréciée des ONG. Essaie de la suivre le plus tôt possible;
  • *Entrer en contact avec une ONG active dans l'envoi de coopérant et dont tu te sens philosophiquement proche;
  • *Participer à une procédure de recrutement/sélection dans une ONG
  • *Etre recruté par une ONG. Cela implique une signature de contrat de travail et d'une convention d'envoi;
  • *Suivre alors une formation de +/- 80 heures et une semaine de briefing (variable suivant les ONG);
  • *Partir comme coopérant ONG!

Tout ceci se fait sous conditions (avoir 21 ans, avoir une formation appropriée au travail demandé,...)

Plus d'infos:
*Visite le site de la Direction Générale de la Coopération au Développement: coopération  
et celui de la Coopération Technique Belge: btcctb
*Surfe sur le site de l'ACODEV (plus de 90 ONG en font partie): acodev

*Pour les formations, renseigne-toi sur iteco


L'AMM FORMATION AUX MISSIONS MEDICALES



L'AMM, Association Loi 1901, forme depuis sa création en 1946 des personnes de la santé
désirant aider les plus démunis dans les pays tropicaux en développement.

Ses objectifs :
1 - Former ici :

  • Laboratoire de base en Milieu Tropical
  • Santé Communautaire
  • Pathologies médico-chirurgicales en brousse

Pour agir là-bas
Grâce : à un enseignement adapté aux conditions de travail en milieu démuni,
à l'envoi de médicaments, de matériel, de subventions aux anciens stagiairessur le terrain.
Cela est possible grâce aux dons et legs que l'association est habilitée à recevoir.

contact site
A. M. M.
74 rue d'Ypres / 69316 Lyon Cedex 04 / T. 04 78 30 69 89 / Fax : 04 78 39 70 97

amm




FORMATION  AVEC BORIBANA 


Compte-rendu de rencontres entre étudiants sur le Développement
Suite à l'écriture d'un dossier intitulé "Le développement qu'en sais tu ?" nous avons animé 3 rencontres avec des étudiants Lyonnais autour de ce thème. Nous avons décidé à travers le présent document de faire un compte-rendu unique de ces trois différentes rencontres. Les idées exprimées ici sont donc le fruit de la pensée collective d'une quarantaine d'étudiants sur ce sujet.

I. Pourquoi voulons nous partir "aider", "développer",… les pays du Sud ?
* Pourquoi partir aider si loin de chez soi alors qu'il y a des personnes qui vivent dans des situations très difficiles à côté de chez nous ?
* Quelle est notre place dans le système de coopération, de projets de développement ?
Que faire pour ne pas travailler à la place des gens ? Quel rôle pouvons nous jouer sans écraser les personnes qui essaye déjà de monter des projets dans leur pays ?
* Quelle légitimité pour aller "monter" des projets dans les pays du Sud ?

II. Interroger les concepts
Sur l'Histoire du développement
Comme tous les concepts, la définition du "développement" est en elle-même un enjeu de lutte. Chacun définie un concept en fonction de ce qu'il veut en faire. La majorité, ou la plutôt la minorité dominante à décidé de penser le "développement" en terme unilinéaire. Celui-ci est devenue à la fois une mode et un modèle.
Sur la pauvreté
Il apparaît aussi au fil des discussions que la notion de pauvreté est relative. Chaque culture aura sa propre définition/vision de ce que c'est d'être pauvre.
Par exemple chaque culture ne voit pas le mendiant de la même manière

III. Quels enseignements tirer de nos expériences passées ?

  • * Même si on veut s'adapter au mode de vie de la population locale, on reste occidentale.
  • * Comment être "efficace" ?
  • * On ne peut pas "développer quelqu'un". On doit partir des initiatives de chacun et bâtir à partir de là.
  • * Comment ne pas détruire les initiatives déjà existantes ?
  • * Concernant l'idée de « projets »
  • * Bien que cela apparaisse comme impossible, et probablement pas souhaitable d'établir une méthodologie unique, nous avons essayé ensemble de relever ce que serait certains des ingrédients d'un "bon" projet de développement.


La suite sur : boribana


FORMATION SERVICE CIVIQUE



Le Sénat a adopté le 27 octobre 2009 une proposition de loi relative au service civique.
Cette proposition de loi a vocation à simplifier et améliorer le dispositif actuel du service civil volontaire, conformément aux annonces faites par le président de la République dans son discours en Avignon le 29 septembre dernier : « Faire émerger une génération engagée : insuffler une nouvelle ambition au service civique. Le régime juridique du service civique sera simplifié. Il permettra à des jeunes de consacrer du temps à des missions utiles pour la société. Cette étape de vie sera reconnue et valorisée dans les parcours des jeunes. En 2010, 10 000 jeunes seront concernés par le service civique. A terme, ce temps d'engagement aura vocation à mobiliser 10 % d'une classe d'âge. »

Les ambitions du service civique
» Il permettra la réalisation de missions d'intérêt général auprès d'organismes sans but lucratif ou de personnes morales de droit public.
» L'engagement de service civique est conclu pour une durée de 6 à 24 mois, avec une durée hebdomadaire de 24 heures minimum.
» L'engagement des jeunes est reconnu et valorisé : ils bénéficieront d'un véritable statut, et notamment d'une protection sociale améliorée. Le service civique sera assorti d'une formation citoyenne, d'un accompagnement et d'un tutorat, et pourra être effectué en complément d'études ou d'une activité professionnelle.
» L'expérience de service civique sera reconnue et valorisée.
» La procédure de délivrance de l'agrément sera simplifiée pour les structures souhaitant accueillir des volontaires.
Le nouveau service civique devra mobiliser 10 % d'une classe d'âge d'ici 2015. L'objectif pour 2010 consiste à recruter 10 000 jeunes.
Aide avec la création d'un SERVICE CIVIQUE dans l'humanitaire..Le service civique sera mis en place dans le cadre d'un projet de loi

les points positifs de la proposition de loi :
elle s'inscrit dans le code du service national, ce qui paraît constituer un choix judicieux. Le service civique doit non seulement être une forme du service national, mais en devenir le fer de lance : si l'on souhaite aider la Nation, c'est notamment à travers un engagement civil et citoyen que l'on peut le faire. Afin de prendre acte de cette évolution symbolique, il a annoncé qu'il proposerait un certain nombre d'amendements modifiant le code du service national, qui doit être largement modernisé. Plusieurs d'entre eux sont issus des réflexions menées par la mission sénatoriale commune d'information sur la jeunesse, dont il a été rapporteur ;  le service civique n'est pas la juxtaposition de différentes formes de volontariats, mais constitue bien un nouvel édifice qui se substitue à de nombreux dispositifs existants : le volontariat civil de cohésion sociale et de solidarité, le volontariat civil à l'aide technique, le volontariat de prévention, sécurité et défense civile et le volontariat associatif ;

C'est quoi en bref:
La plupart des activités se font dans le domaine du social, de la santé et de la protection de l'environnement
Rémunéré entre 600 et 650 euros par mois
    * L'ambition du service civique est de toucher 10% d'une tranche d'âge (16 -25 ans) soit près de 70 000 jeunes (10 000 dès 2010)
    * La limite pour effectuer le service est de 30 ans mais certaines dérogations sont possibles jusqu'à 34 ans, comme pour l'armée.
    * Le service civil (SC) a une durée d'une fois et demie la durée du service militaire qu'il remplace, soit 390 jours
    * Il donne un statut clair au jeune volontaire – situé entre le salarié et le bénévole.
    * La demande doit être envoyée 3 mois avant ta prochaine période de service militaire (école de recrue ou cours de répétition). Dès l'âge de 18 ans, tu peux déposer une demande après la journée d'information de l'armée où tu reçois le livret de service.
    * Il est impossible d'effectuer des tâches propre à influencer les opinions politiques, religieuses ou idéologiques Les motifs de ta demande peuvent être du domaine: * éthique; * philosophique; * religieux; * humanitaire; * politique; * social; * écologique.
    * Le SC sert des fins civiles hors du cadre de l'armée » et consiste en un travail d'intérêt public
    * Tu auras une allocation perte de gain, tu seras protégé par l'assurance militaire (les primes d'assurance maladie versées pendant les longues périodes de service civil peuvent être remboursées!) et tu ne payeras pas de taxe militaire si tu effectues ton service à un rythme régulier.
    * Le nouveau dispositif unifie plutôt les régimes vers le haut, tant en matière de couverture sociale que de reconnaissance du service réalisé, dans les établissements d'enseignement supérieur ou en validation des acquis de l'expérience. Les droits sont les mêmes que ceux des militaires
M. Martin Hirsch, haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, haut commissaire à la jeunesse, a exprimé sa satisfaction de voir inscrite à l'ordre du jour cette proposition de loi relative au service civique qui fait suite à de nombreux travaux du Sénat sur le sujet, menés notamment à l'initiative du groupe RDSE ou à l'occasion de la mission commune d'information sur la politique en faveur des jeunes. Il a estimé que ce texte est en mesure de répondre aux attentes des jeunes comme des collectivités territoriales, car le service civique est un projet structurant pour la jeunesse. Il a enfin formulé le vœu que cette loi soit adoptée et publiée le plus rapidement possible.

De l'aide pour les associations ou ong Humanitaires
Que diriez vous si une personne pouvait se consacrer à temps plein au projet de votre association pendant 6 ou 9 mois en étant indemnisée 662 € par mois. Intéressant, non ? D'autant que votre association n'aurait à financer que 10 % de cette indemnité puisque, grâce au dispositif « Service civil volontaire », l'État prend en charge les 90 % restant.

Infos
Proposition de loi relative au service civique
Pas confondre avec Le Service civil international (SCI) est une organisation non gouvernementale (ONG), qui organise des projets de volontariat contribuant à la construction de la paix. Elle a été fondée en 1920 principalement par l'ingénieur suisse Pierre Ceresole. Le SCI est la plus ancienne des associations de chantiers et a pour objectif de promouvoir la paix en posant des actes, essentiellement par des chantiers de volontaires, regroupant des hommes et des femmes d'origines sociales, religieuses, ethniques et d'âges différents. Elle associe la réflexion au travail manuel. Il y a 43 sections membres du SCI dans 40 pays le Service civil international (SCI) s'engage pacifiquement pour le droit des minorités, le développement durable et l'échange international. Il s'est donné pour objectif d'œuvrer à la construction de la paix et au rapprochement des peuples. Le SCI est un réseau international qui organise des projets dans le monde entier pour des volontaires de tous âges, de toutes religions et de toutes origines.
Le chantier est l'outil privilégié du SCI comme lieu d'apprentissage de la tolérance et du respect d'autrui. Il permet à chacun de découvrir les valeurs d'autrui et sa culture dans un esprit de convivialité et d'ouverture. Le SCI propose également de participer à des séminaires internationaux, d'effectuer du volontariat à long terme, de s'investir dans le fonctionnement de l'association elle-même, d'animer des chantiers, ou encore d'accueillir des volontaires étrangers. Partir avec le SCI c'est rencontrer des femmes et des hommes qui ont envie de partager leur culture, leurs espoirs, leur avenir et leur vie, tout simplement ; c'est aussi voyager dans des contrées lointaines ou proches pour découvrir d'autres modes de vie.


service civique



DROIT INTERNATIONAL HUMANITAIRE



Le Centre Universitaire de Droit International Humanitaire
prochainement Académie de droit international humanitaire et de droits humains à Genève, est spécialisé dans les branches du droit applicables aux situations de conflit armé et d'état d'urgence.
Il est de plus soutenu par l'Université de Lausanne, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Département fédéral des affaires étrangères.
Le CUDIH a été créé par l'Université de Genève et l'Institut universitaire de hautes études internationales.



geneva academy






FORMATION BIOFORCE



L'Institut Bioforce

Développement est un centre de formation, d'orientation et d'expertise axé sur la solidarité internationale et locale.
Présidée par Mme Claude Lardy et dirigé par Benoît Silve, Bioforce est une Association Loi 1901, créée en 1983 à l'initiative du Docteur Charles Mérieux, et reconnue à but de bienfaisance.
Après 20 ans d'existence, fort de la richesse de ses expériences et de la diversité de son réseau, l'Institut Bioforce Développement propose :
* Des formations adaptées aux besoins des professionnels intervenants sur le terrain, alliant savoir-faire et savoir-être.
* Une activité d'orientation pour les expatriés, ainsi que pour les porteurs de projet de solidarité.
* Des prestations personnalisées de formation, d'expertise et d'ingénierie.
Implanté depuis 1986 à Vénissieux, banlieue Sud de Lyon, Bioforce est, par sa présence et son ouverture sur le quartier, partie prenante du projet de développement de l'agglomération urbaine.


bioforce



RITIMO


Ritimo est un réseau d'information spécialisé sur la solidarité internationale et le développement durable.
En France, ce sont près de 80 membres et relais qui répondent au public en proposant de la documentation, des informations, des animations et des pistes pour agir.
Ritimo est un réseau de centres de documentation et d'information pour le développement durable et la solidarité internationale. En 1985, les centres de documentation « tiers-monde » se sont réunis pour créer le réseau Ritimo avec l'objectif d'informer le public pour renforcer la solidarité internationale. Ils rendent accessible et diffusent une information spécialisée sur les causes du mal-développement, les inégalités Nord Sud, les droits de l'homme. Ils veulent participer à la modification de nos choix de développement et agir pour une autre mondialisation.
Des lieux ouverts au public
Aujourd'hui Ritimo est un réseau de près de 80 lieux dans toute la France. Ses membres sont fédérés autour d'une Charte commune. De nombreux autres lieux, bibliothèques, boutiques, associations participent à la diffusion de l'information produite et/ou transmise par Ritimo en tant que «  relais » du réseau.
Une information solidaire
Dans les centres de documentation, vous trouverez des livres, des brochures, des articles, des outils pédagogiques en consultation ou en prêt. Un fonds unique consacré à la solidarité. Des bases de données communes recensent près de 12.000 ouvrages, 400 revues, des outils pédagogiques (expositions, des dvd, des cédéroms...) sur la solidarité internationale, le développement durable, les relations Nord Sud, les alternatives économiques, sociales, environnementales et les droits humains.
Un relais de la parole citoyenne et militante
Ritimo travaille avec de nombreux partenaires. Il diffuse la parole des ONG et des sociétés civiles du Nord et du Sud. Il relaye de nombreuses campagnes d'opinion.
Des actions éducatives Ritimo est agréé depuis 2000 par l'Education Nationale au titre des Associations éducatives complémentaires de l'enseignement public. A ce titre, les membres peuvent intervenir en milieu scolaire et étudiant ou dans les structures de formation des enseignants.

Ritimo


6-pm


6pm

Nous organisons des formations sur mesure pour vos équipes au siège comme sur le terrain (cycle du plaidoyer, techniques de lobbying, communication d'influence, suivi-évaluation du plaidoyer, intégration du plaidoyer dans les programmes)

Nous travaillons avec de nombreuses organisations en France et à l’étranger : réseaux et plate-forme thématiques ou géographiques, associations de solidarité locale ou internationale, ONG, agences de développement, universités, centres de recherche ou de formation professionnelle, syndicats, etc.


 Droits de l’Homme et Plaidoyer
 Paris, France
 0673245999

6-pm