Droit de l'homme Maroc

Follow Me on CF

L'ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS



Communiqué explicatif et appel

La Présidente de l'Association Marocaine des Droits Humains appelle, d'une part, Aminatou Haidar à mettre fin à sa grève de la faim et de l'autre les autorités marocaines à corriger l'erreur commise en expulsant AminatoHaidar et lui permettre de regagner son pays.
Le journal «Almassae», numéro 1007 du jeudi 17 décembre 2009, a publié, dans sa une, un article intitulé «une délégation des droits humains rend visite à Aminatou Haidar pour qu'elle cesse  sa grève de la faim» contenant une déclaration, faite par Abdeslam Boutayeb, président du Centre pour la Mémoire Commune et l'Avenir, en tant que coordinateur de cette initiative, annonçant qu'un nombre de militants des droits humains appartenant à des organisations importantes au Maroc dont l'Association Marocaine des Droits Humains, l'Organisation Marocaine des Droits Humains et le Forum Marocain pour la Vérité et la Justice vont lancer, à partir de Madrid ce jeudi, une initiative afin de convaincre Aminatou Haidar, qui observe une grève de la faim (…) de cesser sa grève pour défendre de leur part le droit sacré à la vie….
Affirmant que je ne suis nullement au courant de cette initiative, en tant que Présidente de l'Association Marocaine des Droits Humains, je rappelle la position de l'Association concernant cette affaire émise dans un communiqué de son Bureau central réuni le 30 novembre 2009 qui annone ce qui suit : «Le Bureau central s'est concerté sur la mesure arbitraire prise à l'encontre de la citoyenne Aminatou Haidar l'expulsant et partant la forçant à l'exil sans aucune décision judiciaire et demande aux autorités marocaines de lui permettre de regagner son pays.» A cette occasion, j'appelle Madame Aminatou Haidar, en tant que Présidente de l'Association Marocaine des Droits Humains, à cesser sa grève de la faim pour la préservation de son droit à la vie et son intégrité physique et afin qu'elle puisse retrouver, saine et sauve, ses enfants et regagner sa ville Laâyoune. J'appelle, de même, les autorités marocaines à corriger l'erreur commise en expulsant Aminatou Haidar et lui permettre de regagner son pays dans les plus brefs délais avant qu'il ne soit trop tard.
Khadija Ryadi
Présidente de l'Association Marocaine des Droits Humains


amdh


FIDH Maroc


La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) salue une avancée majeure pour l’égalité entre les hommes et les femmes au Maroc. Le gouvernement marocain a en effet décidé de lever l’ensemble des réserves émises à la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes (CEDAW). Le gouvernement a également ratifié le Protocole facultatif à cette convention, permettant aux femmes victimes de violations de leurs droits de porter plainte devant une instance internationale.[Maroc : Une grande victoire pour les droits des femmes]
« Par cette décision le gouvernement marocain a fait un pas très important pour les droits de femmes. C’est grâce à une mobilisation des acteurs de la société civile et en particulier des organisations de défense des droits des femmes, que cette victoire a pu être remportée », a déclaré Sophie Bessis, Secrétaire générale adjointe de la FIDH.

Les réserves émises à la CEDAW (ratifiée par le Maroc en 1993), portaient sur la transmission de la nationalité (article 9 (2) ) ainsi que sur le mariage, le divorce et la garde des enfants (article 16). La levée de ces réserves oblige le Maroc à modifier sa législation nationale. De telles réformes permettront aux femmes de transmettre leur nationalité à leur conjoint et à leurs enfants au même titre que les hommes. Les femmes devront rapidement avoir les mêmes droits que les hommes dans le mariage et lors d’un divorce.

« Le Maroc doit maintenant procéder dans les plus brefs délais à la réforme de sa législation nationale afin d’abroger toutes les lois discriminatoires », a déclaré Khadija Chérif, Secrétaire générale de la FIDH. « Le gouvernement doit également lever les déclarations interprétatives aux articles 2 et 15 de la CEDAW, mais nous rappellons que ces déclarations n’ont aucun effet juridique », a-t-elle ajouté.
La FIDH rappelle que les États du monde arabe ont, dans leur grande majorité, ratifié la CEDAW, la plupart d’entre eux y ont émis des réserves, allant à l’encontre du principe même de l’égalité des sexes et de la non-discrimination.
« Aujourd’hui la FIDH appelle tous les États de la région à suivre l’exemple marocain, en levant toutes les réserves à la CEDAW et en instaurant enfin dans leurs législations le principe et l’application de l’égalité totale entre les femmes et les hommes », a conclu Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH. 



fidh


AMNESTY MAROC

AMNESTY MAROC

Amnesty International
est un mouvement mondial réunissant des personnes qui défendent les droits humains universellement reconnus de tous les individus.
Révoltés par les atteintes aux droits humains mais animés par l'espoir d'un monde meilleur, nos sympathisants se mobilisent pour améliorer la situation en matière de droits humains en menant campagne et en faisant appel à la solidarité internationale.
Nous avons plus de 2,2 millions de membres et cotisants dans plus de 150 pays et régions. Nous coordonnons ce soutien afin de lutter pour la justice dans un grand nombre de domaines.

POUR CONTACTER LA SECTION
Téléphone :  + 212 5 3 77 28 233
Fax:  + 212 5 3 77 28 234
Adresse:  281, avenue Mohamed V Escalier A Apt 23 Rabat MA


amnesty

Association Marocaine des Droits de l’Homme 

 

Voici une sélection d'articles en rapport avec le thème :
Association Marocaine des Droits de l’Homme



.bladi.net