Droit de l'homme Madagascar

Follow Me on CF

FIDH MADAGASCAR

Le 29 juin 2013, les partis politiques affiliés au chef de file de l’opposition politique ont organisé une journée nationale de protestation contre la mise en place du Sénat ainsi que la persistance de la vie chère, de la corruption, du chômage, etc.
A Ouagadougou, la journée a été marquée par une marche qui devait aboutir à la remise d’un message au Premier ministre, Chef du Gouvernement. Malheureusement, la marche sera réprimée par les forces de sécurité avant la remise dudit message ; les manifestants ayant, selon les autorités, franchi les barrières de police.
Sous ce prétexte, les manifestants furent dispersés sans ménagement par les forces de sécurité usant de gaz lacrymogène et de grenades assourdissantes. Cette répression a fait plusieurs blessés.

Le MBDHP note, qu’une fois de plus, l’instauration de « zones rouges » dans la capitale a conduit à des débordements et à la répression de manifestations publiques. Cet état de fait remet au goût du jour la question du libre exercice des libertés démocratiques dans notre pays. En effet, l’instauration de zones interdites aux manifestations publiques remonte au début des années 2000 dans la ferveur de la lutte du Collectif contre l’impunité. Depuis cette période, les manifestations publiques sont confinées dans des espaces bien précis ; ce qui constitue une restriction inacceptable des libertés de manifestations ainsi qu’un prétexte pour la répression de celles-ci. Déjà le 8 avril 2000,une marche pacifique du Collectif contre l’impunité avait été sauvagement réprimée sous le même prétexte, de même que la marche du 11 mars 2011 organisée par l’Association Nationale des Etudiants Burkinabè (ANEB) pour réclamer la lumière sur la mort de l’élève Justin ZONGO. Une telle tendance à la répression sous des prétextes fallacieux témoigne d’une conception autoritaire du rôle dévolu aux forces de sécurité pendant les manifestations publiques. Pourtant, la liberté de manifestation est un droit constitutionnel qui s’impose à l’Etat qui doit en garantir le libre exercice par tous les citoyens sans distinction de leur appartenance politique. Dans ce cadre, l’érection d’espaces publics en zones dites rouges et interdites de toutes manifestations publiques, constitue une restriction illégitime et injustifiable à l’exercice des libertés démocratiques.

C’est pourquoi, le MBDHP [1] :
Dénonce et condamne la répression de la manifestation de l’opposition politique par
les forces de sécurité ;
Souhaite un prompt rétablissement aux personnes blessées lors de la manifestation
du 29 juin 2013 ;
Appelle les autorités à respecter scrupuleusement la liberté de manifestation des
populations en supprimant les « zones rouges » dans la ville de Ouagadougou.
Non aux restrictions injustifiées des libertés de manifestations !
Non à la répression policière des manifestations publiques !
Non au retour insidieux aux régimes d’exception !



blog dh

fidh


AMNESTY INTERNATIONAL MADAGASCAR


Amnesty International est un mouvement mondial regroupant plus de 3 millions de sympathisants, de membres et de militants qui défendent les droits humains et luttent contre les atteintes à ces droits dans plus de 150 pays et territoires.
La vision d’Amnesty International est celle d’un monde où tout être humain peut se prévaloir de tous les droits énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et dans d’autres textes internationaux.
Essentiellement financée par ses membres et les dons de particuliers, Amnesty International est indépendante de tout gouvernement, de toute tendance politique, de toute puissance économique et de tout groupement religieux.
Vous pouvez nous aider à faire changer les choses en devenant membre ou sympathisant d'Amnesty International.
À propos d'Amnesty International
Découvrez notre organisation, le travail que nous effectuons et la manière dont nous nous mobilisons pour améliorer la vie des gens.



amnesty

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME À MADAGASCAR


JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR
Mise en réseau pour faire avancer JUSTICE et DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR. Veille et alerte, modeste certes, mais espérant être utile.

justmad

Bulletin D'Actions Et Conseils En Droits Humains


L’association AMPDHP : ses buts, objectifs et activités
L’AMPDHP est une organisation non étatique de droit malagasy régie par l’ordonnance 60-133 du 3 octobre 1960 et ses modificatifs. Elle est libre de tout lien politique et confessionnel.
Sa mission est selon le verset biblique dans II Samuel 10 :12 « Montre-toi courageux, combattons avec vaillance pour notre peuple et la cité de notre Dieu… »

 Ses objectifs sont de rendre réels :

  • - la liberté, l’égalité, la justice et l’émancipation des peuples stipulées dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et dans la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples ;
  • - la bonne moralité et le civisme des citoyens.


 L’organisation compte atteindre ses objectifs par :

  • - la mobilisation et la conscientisation de l’opinion publique nationale et internationale ;
  • - étudier et encourager la promotion des droits de l’homme tant par la formation que par l’information, notamment par l’organisation de conférences, colloques, séminaires, ateliers et publication de tous documents relatifs aux droits et libertés fondamentaux ; 
  • - effectuer des démarches en faveur des personnes victimes d’actes arbitraires et d’injustices ou abus.


bacdh

ASSOCIATION MAHALOMBA

Ce site a pour objectif:

  • De renforcer les liens et la solidarité des jeunes malgaches partout dans le monde
  • D’unifier toutes idées qui ont traits au développement de Madagascar et de les mettre en œuvre ;
  • D’analyser toutes situations existantes à Madagascar : politique, juridique, culturel, socio-économique…. 
  • De conscientiser les jeunes malgaches de leurs responsabilités envers Madagascar ;
  • De s’exprimer en toute liberté.....


jeunessouciants.e